Les fortes pluies qui se sont produites dans les tous derniers jours de novembre (80 m/ 3) ont permis aux géniteurs de truites de se déplacer à leur gré pour rejoindre les lieux de reproduction. Quelques jours plus tard, il est assez facile de les observer pour peu que l’on reste discret…
Dans les ruisseaux affluents où les géniteurs sont moins nombreux, certains nids sont déjà désertés. Par contre, sur certains lieux de reproduction du Dessoubre, il y a presque surpopulation puisque des géniteurs s’y succèdent durant plusieurs semaines.
En tous cas, l’année 2020 s’annonce bien puisque pour l’instant, aucune trace de maladie ou de mortalité n’a été observée.